Louée soit la Simplicité !

S’il ne fallait retenir qu’une chose du contrôle interne, ce serait les 5 objectifs. Une façon simplifiée d’aborder le contrôle interne que nous propose ici, Marc Aquiba, Diplôme Professionnel d’Audit interne (DPAI), Professeur au CNAM, et enseignant aux Masters de Grandes Ecoles de Commerce, qui nous permet de ne jamais perdre le cap dans un système de procédures souvent complexes. Lire la suite

Qu’est-ce que le contrôle interne ?

Marc Aquiba : Au-delà des définitions officielles – trop larges ou trop réductrices -, le Contrôle Interne se veut avant tout être « un dispositif le plus adapté possible et au coût nécessaire le plus juste » mis en place par l’ensemble des échelons et niveaux d’une entreprise, en vue d’améliorer la maîtrise et l’efficacité de ses opérations.

Quel est son champ d’action ?

Marc Aquiba : Ce dispositif, pour être l’affaire de tous, doit être l’affaire de chacun et doit couvrir sans exception toutes les activités opérationnelles et support de l’entité.

Il est constitué d’éléments incontournables « généralement admis voire universels » et doit être complété d’éléments plus spécifiquement adaptés aux secteurs d’activité et aux processus-maison.

Quels sont ses objectifs ?

Marc Aquiba : Ils tiennent en cinq points :

  1. Être sûr que les risques potentiels sont identifiés et  maîtrisés pour que leur probabilité de survenance reste faible et leur impact, le cas échéant, le moins préjudiciable possible ;
  2. Être sûr que le normatif (les lois, règlements, procédures et instructions, internes ou externes) est diffusé, compris et respecté ;
  3. Être sûr que les valeurs et les actifs de l’entreprise, tangibles et intangibles sont préservés, protégés et sauvegardés ;
  4. Être sûr que la bonne gouvernance, la conduite des affaires et la déontologie sont irréprochables pour toutes les décisions et chez tous les acteurs de l’organisation ;
  5. Être sûr que les erreurs, les dysfonctionnements, les gaspillages, les fraudes et les négligences deviennent l’exception.

Comment parler du contrôle interne ?

Marc Aquiba : Les professionnels et les spécialistes s’appuient sur des textes internationaux ou sur des référentiels qui ont fait, font et feront encore couler beaucoup d’encre (COSO 1 et 2, Cadre de Référence de l’AMF, COCO, etc.)… Dans la pratique et de façon pragmatique, il faut parler et utiliser des mots concrets et simples quand il s’agit d’informer, de former, d’étendre ou de déployer le processus de C/I dans une entreprise (ne pas oublier que M. Jourdain faisait déjà de la prose sans le savoir… et que Zorro n’est qu’un personnage de BD !).

C’est pourquoi, je vous propose de découvrir sur les Contrôle interne les éléments du Contrôle Interne qui seront compris par tous (principe du « TOP DOWN ») et qui dédramatiseront le contenu du dispositif, quelque soit le niveau hiérarchique concerné. Attention à manier cette liste de 20 points avec précaution et doigté… Bonne lecture !

En savoir plus

 

~ Stéphane Maruani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>